[Récit 1/5] Blaise Pascal et les Pensées

J’aimerais parler aujourd’hui d’un personnage pour lequel j’éprouve un profond respect. Il s’agit de Blaise Pascal, un scientifique et un philosophe du XVIIème siècle. Cet homme a grandement changé ma façon de penser, il me semblait logique de lui rendre hommage. Rédigé dans la rubrique Philosophie et Littérature, ce sujet sur Blaise Pascal sera une sorte de récit que je diviserai en cinq étapes. J’essaierai de retracer avec justesse et pertinence la vie de Blaise Pascal au travers de son oeuvre mémorable, Les Pensées. Je vous vois venir petits médisants que vous êtes, #JLCSocrate tourne à la conversion biblique puisque ce récit va encore parler du christianisme après l’article sur l’évangélisation de l’Empire romain. Rassurez-vous, je suis agnostique, mais les croyants et autres athées peuvent rester, je souhaite simplement mettre en lumière le travail de Pascal qui, au delà de la pensée chrétienne, touche le coeur de l’Homme. Motivé ?  Pas vraiment. Alors en avant !

Du génie scientifique à l’illumination divine 

Blaise Pascal est né à Clermont-Ferrand, ça commence mal, le 19 juin 1623. Elevé dans une famille aimante, sa mère meurt alors qu’il n’a que 3 ans. C’est son père, magistrat et mathématicien de renom, qui se charge de son éducation ; celui-ci est très ouvert et ne le force pas à apprendre. Mais très vite, le jeune garçon démontre un grand talent ; Pascal réinvente les concepts d’Euclide alors qu’il n’a que 12 ans, et toi tu faisais quoi à 12 ans ?. A l’adolescence, il est fréquent de le voir présent à des entretiens entre scientifiques réputés. Puis, à 16 ans il publie un Essai sur les coniques et beaucoup se mettent à dire qu’il est un génie scientifique. Peu après, il invente « la pascaline » ou plus communément appelée  la « machine à calculer ». Il est également le créateur de l’hectopascal, une mesure pour calculer la pression atmosphérique. Néanmoins, son talent incontestable pour les matières scientifiques ne l’empêche pas de se passionner pour la littérature.

La taille idéale pour un cartable non ?
 La machine à calculer de Pascal. La taille idéale pour un cartable non ?

C’est en janvier 1646, que Blaise Pascal entend pour la première fois parler du jansénisme. Le jansénisme est une interprétation austère et pessimiste du christianisme. Cette doctrine estime que les hommes ne peuvent obtenir le salut de leur âme par leur seul mérite : l’homme ne peut être sauvé que par Dieu et lui seul, et ce quoi que l’être humain fasse, dommage le téléthon ne vous aidera pas, mécréants. Cette théorie s’oppose diamétralement à celle des jésuites. Pascal est très vite captivé par cette vision du christianisme. Cependant, le scientifique qu’il est poursuit ses travaux et en 1647 il publie : Expérience nouvelle sur le vide. Durant l’été 1647, Pascal passe une partie de son temps à se relaxer l’esprit ou encore à tenter d’oublier ses problèmes de santé.

C’est durant la nuit du 23 novembre 1654 que la vie de Blaise Pascal va prendre un tournant définitif. En effet, le scientifique connait ce qu’il appela une « illumination mystique ». Au cours de cette nuit, Pascal a la révélation de l’existence de Dieu. Il relate cette expérience dans un court texte nommé Mémorial, et qu’il portera sur lui jusqu’à sa mort. Par la suite, il entreprend nombre de séjours à King’s Landing, Port-Royal, principal centre de la pensée janséniste, où il médite et travaille.

Entre le 23 janvier 1656 et le 24 mars 1657, Pascal rédige dix-huit lettres que l’on nomme aujourd’hui Les Provinciales. Dans ces lettres qui alternent l’ironie et une argumentation sans faille, l’écrivain dénonce les incohérences morales des jésuites qui s’opposent vivement aux jansénistes.

Sa santé devient de plus en plus instable, rendant sa vie douloureuse. Pourtant, Pascal continue de se consacrer à ses passions. Il crée « le carrosse à cinq sols » qui fut un transport public pour les pauvres. Il continue de défendre ses amis jansénistes et reverse une partie de son argent dans un hospice. Le cœur sur la main, Pascal recueille, peu avant son trépas, une famille qui vivait dans la rue. Le 19 août 1662, à l’âge de 39 ans, Blaise Pascal meurt. Sa sœur et son beau frère retrouve dans ses affaires des tas de notes, de brouillons et d’esquisses. Ces mystérieux documents sont en réalité Les Pensées, dont la première édition date de 1670.

[Affaire à suivre]

2 réflexions sur “[Récit 1/5] Blaise Pascal et les Pensées

Commente comme Socrate

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s